L'Afrique d'un autre regard

18 novembre 2008

LAFRIQUE

CHERS LECTEURS ET CHERS LECTRICE

Je vous remercie pour tout l'interet que vous apporte sur ce site

veuillez toujours continuez a nous consulte

Posté par AISSA1 à 13:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


POLITIQUE

AFP - lundi 17 novembre 2008, 17h24

Mariage annulé pour non virginité: l'annulation rejetée en appel, les époux remariés de fait

Me Charles Edouard Mauger (G), l'avocat de l'épouse, et l'avocat général Dominique Tailhardat (D), le 12 Juin 2008 dans au palais de justice de Douai

La cour d'appel de Douai (Nord) a remarié de fait lundi deux époux qui avaient obtenu en première instance à Lille l'annulation de leur union à cause du mensonge de la mariée sur sa virginité.

Estimant en particulier que la virginité "n'est pas une qualité essentielle en ce que son absence n'a pas d'incidence sur la vie matrimoniale", selon un résumé de l'arrêt communiqué par la cour d'appel, celle-ci est allée à l'encontre du souhait des époux qui avaient redemandé lors de l'audience à huis clos le 22 septembre l'annulation de leur union, mais pour d'autres motifs.

Soulignant que "le mensonge qui ne porte pas sur une qualité essentielle n'est pas un fondement valide pour l'annulation d'un mariage", la cour d'appel a invalidé le jugement rendu le 1er avril par le tribunal de grande instance de Lille, qui avait annulé l'union pour "erreur sur les qualités essentielles du conjoint".

Lors de l'audience en appel, le parquet général avait également proposé des "portes de sortie" permettant en particulier de substituer à un "motif discriminatoire" d'annulation un "motif légitime" (erreur sur la personne, défaut de cohabitation...).

"Cet arrêt m'apparaît très inquiétant", a estimé l'avocat de l'époux Me Xavier Labbée, jugeant que "nos libertés individuelles (étaient) gravement menacées" et précisant qu'il avait notamment soutenu à Douai l'irrecevabilité de l'appel du ministère public.

"En déclarant recevable l'action du parquet dans un litige de pur droit privé relatif à l'intimité du couple, la cour d'appel de Douai a ouvert une porte: elle autorise désormais le parquet à contrôler les âmes et les consciences", ajoute l'avocat dans un communiqué à l'AFP, et dans lequel il évoque également un "mariage forcé contre la volonté des époux".

L'avocat de l'épouse, Me Charles-Edouard Mauger, avait également demandé à nouveau en appel l'annulation du mariage en mettant en avant d'autres motifs.

Cette demande en annulation formée par l'épouse au motif "que M. X... n'aurait pas eu la volonté d'accepter, voire la capacité de concevoir l'obligation de respect entre les époux" est également rejetée par la cour d'appel, qui estime que "les faits relatés (...) ne permettent pas de caractériser une erreur de l'épouse sur les qualités essentielles du mari".

"Le procès tel qu'engagé par le mari et le jugement rendu (à Lille, ndlr) sont susceptibles de mettre en jeu des principes d'ordre public", note également la cour, qui a jugé recevable l'appel du parquet déposé le 3 juin à la demande de la garde des Sceaux Rachida Dati, qui avait dans un premier temps estimé qu'une telle décision pouvait "protéger" les personnes.

Rendue publique dans les médias le 29 mai, la décision du TGI de Lille d'annuler l'union célébrée en juillet 2006 à Mons-en-Baroeul, près de Lille, avait immédiatement provoqué un tollé, du monde politique au monde associatif.

Les époux, d'origine marocaine et musulmans, lui un informaticien âgé d'une trentaine d'années et elle une étudiante infirmière d'une vingtaine d'années, ont depuis les faits quitté le Nord-Pas-de-Calais.

Rejetée par son mari après qu'il eut découvert lors de leur nuit de noces qu'elle n'était pas vierge, la jeune femme avait accepté - après s'y être opposée - l'annulation voulue par son époux, devant la crainte d'une procédure trop longue.

Les deux parties disposent désormais de deux mois pour se pourvoir en Cassation.

Posté par AISSA1 à 13:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2008

people

             

Angelina Jolie va arrêter les tournages

             

Elle veut s'occuper de ses enfants, et va les privilégier à sa carrière. Chapeau l'actrice !

            

                         

             

                Article Picture              

             

 

                                                      

                                                                 

               

             

             

La très convoitée Angelina Jolie va arrêter les tournages! Elle veut mettre sa carrière d’actrice entre parenthèses pour s’occuper de l’éducation de ses enfants (elle en 6, courage!). Lors d’une interview à la BBC, la comédienne de 33 ans, qui vit avec Brad Pitt, a déclaré qu'elle voulait espacer ses apparitions sur grand écran.

"Je ne prévois pas de continuer à jouer très longtemps. Je suis prête à tenir quelques rôles pour ensuite m’effacer et me préparer à devenir grand-mère", a-t-elle expliqué. Angelina Jolie a toutefois exclu l’idée d’un arrêt complet de sa carrière.

Angelina Jolie est actuellement à l’affiche de L’Echange, un drame signé Clint Eastwood en salles en France depuis le 12 novembre dernier. En février prochain, elle débutera le tournage de Salt, un thriller d’espionnage que réalisera l’Australien Phillip Noyce. Il s’agira de son seul film prévu pour l’année 2009, a-t-elle ajouté à la BBC.

Posté par AISSA1 à 21:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

people

             

Angelina Jolie va arrêter les tournages

             

Elle veut s'occuper de ses enfants, et va les privilégier à sa carrière. Chapeau l'actrice !

            

                         

             

                Article Picture              

             

 

                                                      

                                                                 

               

             

             

La très convoitée Angelina Jolie va arrêter les tournages! Elle veut mettre sa carrière d’actrice entre parenthèses pour s’occuper de l’éducation de ses enfants (elle en 6, courage!). Lors d’une interview à la BBC, la comédienne de 33 ans, qui vit avec Brad Pitt, a déclaré qu'elle voulait espacer ses apparitions sur grand écran.

"Je ne prévois pas de continuer à jouer très longtemps. Je suis prête à tenir quelques rôles pour ensuite m’effacer et me préparer à devenir grand-mère", a-t-elle expliqué. Angelina Jolie a toutefois exclu l’idée d’un arrêt complet de sa carrière.

Angelina Jolie est actuellement à l’affiche de L’Echange, un drame signé Clint Eastwood en salles en France depuis le 12 novembre dernier. En février prochain, elle débutera le tournage de Salt, un thriller d’espionnage que réalisera l’Australien Phillip Noyce. Il s’agira de son seul film prévu pour l’année 2009, a-t-elle ajouté à la BBC.

Posté par AISSA1 à 21:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

politique

 

Adhérer à l'association désirs d'avenir

 

rechercher

       

       

            

                                      

                                 

       
   

 

Les Blogs & Sites

Découvrez les actions de Ségolène Royal en région Poitou-Charentes

La démocratie participative en Poitou-Charente

Le site du Parti Socialiste

Le site du Parti Socialiste Européen

 

                           

Les débats participatifs

                       

Le juste équilibre entre le travail et le capital

fermeture usines Lyon

Par laurentdata le 08/11/2008

A l'heure où l 'on parle de remettre de la morale dans un nouveau capitalisme, où l'on condamne les parachutes dorés, j 'ai eu envie de vous faire part d'une nouvelle qui ne bouleversera pas le monde; juste le mien.
Je voudrais vous parler d' une entreprise sur Lyon, Givaudan qui est leader sur son marché, les aromes et senteurs artificiels.
C'est un grand groupe qui amasse les bénéfices malgré la crise. Et qui se permet le luxe de racheter ses concurrents.
J' ai le regret d'apprendre aujourd'hui que bien que cette société fasse des marges positives, elle va fermer son usine et mettre 80 personnes sur le marché de l' ANPE. Après une reunion qui explique sa marge de progression, elle annonce qu'il faut plus de rentabilité et ferme son site.
Cela ne changera pas le monde, mais je ressens un profond dégout pour une société qui casse des gens, des menages, des projets de vie.
Même pas pour sauver une entreprise qui se porte comme un charme mais juste pour faire plus d'argent.
Quelqu' un, quelque part dans un bureau, protégé par un gros salaire a eu la brillante idée que c'etait moins cher d'acheter les produit en Indonésie plutot que de les produire sur Lyon.
Cette nouvelle a fait 2 minutes dans un journal régional pour respecter un peu la dignité de ceux qui resteront à la porte de cette société plus morale.
Ce qui revolte le plus c'est qu apparemment ça ne choque plus personne: une société qui ferme une usine, alors qu elle gagne de l'argent.
J espere qu un politique pourra changé ce mode de fonctionnement et prendre la parole pour ces 80 salairés licenciés et tous les autres

Un français bien ordinaire.

Posté par AISSA1 à 21:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]


people

Clara Morgane a adressé récemment un droit de réponse à un site internet après la publication de quelques lignes peu gratifiantes à son encontre. L'auteur du texte polémique affirme notamment que la belle chante en playback lors de ses deux tableaux sexy de Bobino. Dans sa vidéo ayant fait le tour du web (on ne sait pas pourquoi d'ailleurs), le "piégeur" s'est appuyé sur quelques images volées durant une répétition. On y voit Clara Morgane sans micro entourée de ses danseurs. L'attaque est un peu facile et les images sont bien loin de prouver quoique ce soit...

N'ayant pas la langue... dans sa poche, Clara Morgane exigé un droit de réponse publié sur le site en question. Extrait : "Avant toute chose, je vous remercie pour l’intérêt que vous portez à ma participation dans le spectacle de Gérard Louvin qui se tient actuellement du mercredi au samedi à Bobin’o. C’est un honneur pour moi que mes débuts sur scène au sein d’une revue prestigieuse composée d’artistes de talent suscitent votre intérêt, à défaut de votre enthousiasme. Je déplore cependant que l’auteur de ces lignes n’ait manifestement pas pris la peine de venir me voir sur scène. En effet, et contrairement à ce que vous affirmez, je danse et je chante en direct sur scène…si…si… comme une vraie chanteuse, ne vous en déplaise, vous qui mettez en doute mes capacités. Etonnant, non? Ce que je trouve étonnant pour ma part et regrettable, c’est que vous puissiez, à partir d’une vidéo tournée pendant une répétition de la chorégraphie d’un des tableaux auquels je participe, et où, bien entendu, les réglages se font sur un playback, extrapoler sur la qualité et surtout la réalité de ma prestation d’interprète. Cependant je comprends que votre esprit se brouille et que vous pensiez qu’une fille qui a fait un jour du porno (il y a huit ans) ne puisse pas faire autre chose, encore moins se produire sur scène. Alors plutôt que de clabauder sur mon compte, je vous invite à venir voir le spectacle et à en juger en direct live !"

Posté par AISSA1 à 20:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2008

politique

La Chine annonce un plan de relance, le G20 discute de la réforme du système financier

Réunion du G20 le 8 novembre 2008 à Sao Paulo

La Chine a annoncé dimanche un plan de relance de son économie, menacée de ralentissement par la crise mondiale, parallèlement à la poursuite des discussions entre pays émergents et développés à Sao Paulo sur la réforme du système financier international.

La ministre française de l'Economie, Christine Lagarde, a assuré dimanche que les pays du G20 avaient manifesté "une convergence de vues sur la riposte" à la crise financière internationale, lors d'un point de presse.

Les ministres des Finances et les banquiers centraux des pays les plus développés et des pays émergents sont d'accord sur la nécessité d'une réforme des institutions financières internationales face à la crise, a déclaré dimanche le ministre britannique des Finances Steve Timms.

Pékin a annoncé un plan de relance budgétaire de 4.000 milliards de yuans (586 milliards de dollars) jusqu'à la fin 2010, visant à stimuler la demande intérieure pour parer au ralentissement de sa croissance et à la stagnation de ses exportations -- principal moteur de son économie -- provoqués par la crise financière mondiale.

De leur côté les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales des pays avancés et émergents du G20 menaient au Brésil des discussions, qualifiées samedi de "très productives" par les Etats-Unis, pour apporter une réponse collective à la tourmente financière mondiale.

"Il s'agit d'une crise mondiale qui exige une réponse mondiale. C'est le moment de formuler des propositions pour un véritable changement dans l'architecture financière mondiale", avait déclaré samedi le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, réclamant un rôle accru pour les pays émergents dans la gouvernance économique mondiale.

Le G20 concentre 85% du PIB de la planète et les deux tiers de sa population. Il rassemble sept économies avancées (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni), l'Union européenne et les principaux pays émergents (Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Chine, Corée du Sud, Inde, Indonésie, Mexique, Russie et Turquie).

Le président de la Banque mondiale (BM) Robert Zoellick avait estimé samedi que le G20 se rapprochait d'un consensus sur la nécessité de réformer le système financier alors que les économies entrent dans "une zone de danger".

Il avait également jugé nécessaire "que d'importants pays en développement comme le Brésil puissent faire entendre leur voix". Les pays émergents, notamment les géants de l'exportation, veulent peser davantage sur la conduite des affaires du monde.

La réunion de Sao Paulo est destinée à préparer le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du G20 le 15 novembre à Washington qui doit jeter les bases d'une réforme du système financier international afin d'empêcher les crises à répétition.

Une préoccupation présente dans toutes les instances. Au cours d'une réunion à Dubaï du Forum économique mondial (WEF), les participants ont estimé que "la crise actuelle avait signifié l'échec de la gouvernance des entreprises", notamment "l'échec à tous les niveaux du système de calcul des risques".

Pour ces experts, la crise financière mondiale a transformé les gouvernements "en acteurs de premier plan du système financier".

Illustration du poids croissant des pays émergents riches en liquidités, l'Islande, en plein naufrage financier, a demandé l'aide de la Chine, après avoir négocié le mois dernier avec la Russie.

"J'ai écrit au Premier ministre chinois, mais nous n'avons pas encore reçu de réponse", a annoncé samedi le Premier ministre islandais Geir Haarde, précisant qu'il n'avait pas demandé de montant particulier.

La couronne islandaise a perdu plus de 40% de sa valeur depuis le début de l'année et les trois plus grandes banques ont été nationalisées début octobre.

La semaine à venir ne s'ouvre pas sous les meilleurs auspices pour les marchés financiers, même si Wall Street pourrait s'accorder une pause, après des semaines de convulsions et l'élection de Barack Obama à la Maison Blanche.

"Les investisseurs pourraient en profiter pour prendre un peu de recul et juger des dégâts des dernières semaines", selon Gina Martin de Wachovia Securities.

Cependant, les responsables démocrates au Congrès américain se mobilisent pour sauver le secteur automobile aux Etats-Unis, où les ventes d'automobiles ont plongé de près de 32% en octobre et où les géants de Detroit, General Motors et Ford, sont menacés de faillite l'an prochain.

Ils ont écrit samedi au secrétaire au Trésor Henry Paulson pour qu'il utilise le plan d'aide de 700 milliards de dollars au système financier adopté en octobre afin d'apporter "une assistance temporaire à l'industrie automobile".

En Europe, les investisseurs suivront tout particulièrement la publication jeudi du chiffre de l'évolution du PIB allemand au troisième trimestre, qui risque de confirmer l'entrée en récession de l'Allemagne.

Une nouvelle rafale de résultats financiers attendus la semaine prochaine permettront aux marchés de prendre le pouls des entreprises.

La banque HSBC, les opérateurs de télécommunications Vodafone et BT à Londres, le bancassureur allemand Allianz et ses compatriotes Deutsche Post et Siemens, ou encore les français Vivendi, Veolia Environnement, Vallourec, GDF Suez, Bouygues doivent notamment dévoiler leurs perspectives.

Dans le Golfe, où les marchés boursiers étaient ouverts dimanche, seule la place saoudienne a terminé sur une hausse de 1,82%. Les autres Bourses ont fermé en forte baisse: Dubai a plongé de 5,94%, Abou Dhabi de 4%, Koweït de 2,8% et Doha de 5,2%.

La crise financière ne désarme pas. Selon le Financial Times, le premier assureur américain, AIG, discute avec l'Etat d'un nouveau plan de sauvetage, le prêt géant de 85 milliards de dollars accordé en septembre se révélant insuffisant pour assurer sa survie.

En Belgique, le Premier ministre Yves Leterme a menacé de renoncer au récent plan de sauvetage de Fortis, si la justice donnait raison aux petits actionnaires qui ont porté plainte contre le démantèlement du groupe, ce qui signifierait la banqueroute du bancassureur.

En Lettonie, le gouvernement a nationalisé samedi la seconde banque, la Parex Banka, pour "assurer la stabilité du système financier".

Posté par AISSA1 à 20:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

POLITIQUE

AFP - dimanche 9 novembre 2008, 12h21

Barack Obama, un président attendu sur tous les fronts

Le président élu américain Barack Obama et sa femme Michelle le 8 novembre 2008 à Chicago

Redresser l'économie, faire la paix au Proche-Orient, sauver la planète du réchauffement, combattre la faim: le président élu américain Barack Obama est attendu comme le Messie sur tous les fronts, soulignent des experts, qui affichent toutefois un certain optimisme.

"Vu l'ampleur, aucun mortel, même en état de grâce, n'est en mesure de satisfaire le niveau des attentes qu'Obama cristallise", estime Geoffrey Garrett, directeur du Centre des études américaines de l'université de Sydney.

"Cependant, imaginons qu'il comble ne serait-ce que 50% ou 75% des attentes placées en lui, cela serait déjà extraordinaire. Et je pense qu'il en est capable", ajoute-t-il.

Entré dans l'Histoire comme le premier président noir de Etats-Unis, Barack Obama héritera d'une série de défis internationaux d'une ampleur inédite lorsqu'il entrera en fonction le 20 janvier prochain.

Les Etats-Unis, et le monde dans leur sillage, traversent ce qui est considéré comme la plus grave crise financière depuis celle de 1929, alors qu'ils sont engagés dans deux guerres incertaines en Irak et en Afghanistan.

Mais M. Obama, dont le père était Kenyan, pourra également tourner son regard vers l'Afrique, où des nombreux dirigeants l'ont invité à contribuer à stabiliser leur continent, déchiré par plusieurs conflits.

"Votre victoire (...) donne l'espoir à des personnes comme nous qui aspirent à une nouvelle aube pour la paix, l'unité et le progrès", lui a ainsi déclaré Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo (RDC), lui même actuellement aux prises avec une violente rébellion armée dans l'est du pays.

M. Obama devra également, comme ses prédécesseurs, se pencher sur le Moyen Orient, où le président palestinien Mahmoud Abbas a réclamé cette semaine une accélération des efforts pour tenter de régler le conflit israélo-palestinien.

Sollicité sur tous les fronts, Barack Obama a reçu un nombre impressionnant de doléances, dont certaines aux allures de bouteille à la mer.

Le directeur général de l'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Jacques Diouf, l'a ainsi appelé à faire de la lutte contre la faim une de ses priorités en accueillant un sommet mondial sur ce sujet au premier semestre 2009.

Les Etats-Unis devraient, "durant le premier semestre 2009, assumer un rôle de chef de file dans l'organisation d'un Sommet mondial sur la sécurité alimentaire afin de dégager un vaste consensus sur l'élimination définitive de la faim dans le monde", a estimé M. Diouf dans un communiqué.

"Obama bénéficie d'une bienveillance sur le plan international dont il peut profiter dans les premiers six ou douze mois, au moment où il devra fournir des résultats en matière de politique étrangère", note Alan Dupont, un expert auprès du centre d'études stratégiques de l'université de Sydney.

"Obama est un homme dont la plupart des gens diraient qu'il recèle les promesses d'un dirigeant vraiment efficace, potentiellement d'un grand dirigeant", ajoute-t-il, tout en admettant qu'"on ne sait pas ce qu'il va donner".

"Les espoirs qu'il a soulevés sont si forts que la déception sera son ennemie dès le premier jour", écrivait cette semaine Laurent Joffrin, directeur de Libération (gauche), l'un des principaux quotidiens de la presse française.

Mais il s'interroge sur l'ampleur des tâches qui attendent le prochain locataire de la Maison Blanche : "L'homme sera-t-il à la hauteur de son destin?"

Posté par AISSA1 à 19:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2008

l'afrique

L'impact de la crise financière mondiale au Sénégal

écouter 02 min

« Au-delà de la crise financière mondiale, c'est la dette contractée par l'Etat sénégalais envers le secteur privé qui fragilise l'économie nationale. »

La suite de notre série sur les conséquences de la crise financière mondiale en Afrique. Au Sénégal, les patrons ne craignent pas d'impact direct sur le secteur financier, mais redoutent plutôt les conséquences de la récession qui pourrait arriver. Pour le moment, leur principal problème, disent-ils, n'est d'ailleurs pas la crise financière mondiale, mais les dettes de l'Etat sénégalais vis-à-vis du secteur privé.


par Laurent Correau

[17/10/2008]

Afrique économie : les précédent(e)s

Malgré la baisse du prix du baril, pour les particuliers rien ne change

«Cette baisse du prix du gazoil, que tout le monde espère, n'est pas répercutée à la pompe pour le particulier. Pour cela il faut que les stocks des pompes à essence soient épuisés.»

[24/10/2008]

La téléphonie mobile en Afrique

«A Conakry, les puces de mobiles ont beau ne plus être une denrée rare, téléphoner d'un réseau à l'autre reste un parcours du combattant.»

[23/10/2008]

Cameroun : la réinsertion socio-professionnelle pour faire face au chômage chez les jeunes

« Même chez les jeunes diplômés, certains ont fait des formations qui ne permettent pas d'accéder à l'emploi. [...] On peut parler d'un problème de système : il n'y a pas eu d'accent mis sur l'enseignement professionnel au Cameroun. »

[22/10/2008]

3ème édition du Forum international du tourisme solidaire à Bamako

«C'est cet argent amené par le tourisme qui nous permet d'ouvrir une école de 228 enfants et aussi de pouvoir faire fonctionner un dispensaire et une maternité.»

[21/10/2008]

Impact de la crise sur l'épargne solidaire en Afrique

«Les institutions qui travaillent avec l'épargne locale ne seront pas affectées directement. Celles qui, par contre, sont tenues de se refinancer sur le marché des capitaux auront des difficultés à trouver des ressources à des tarifs corrects.»

[20/10/2008]




Les chroniques du jour (audio)

Reportage international

Brésil : Lula si populaire !

«Pour les Brésiiens, c'est un honneur d'avoir un président qui a déjà été pauvre et qui sait ce qu'est la pauvreté.»

[26/10/2008]


Dossier Proche et Moyen-Orient

Ouverture du salon du livre à Beyrouth

«Il y a un gros réseau de bibliothèques et une grande francophonie active ici, il faut de temps de temps des rendez-vous qui mettent en lumière tout ça.»

[25/10/2008]


Dossier Asie

Le prix Sakharov 2008

«Les autorités chinoises reprochent aux dissidents d'exister.»

Posté par AISSA1 à 15:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

politique

La ministre de l'Economie Christine Lagarde a affirmé samedi que des sanctions seraient prises contre la Caisse d'Epargne pour les dysfonctionnements constatés dans son système de contrôle, qui ont fait perdre 700 millions d'euros à l'établissement bancaire.

"Très clairement au terme de l'enquête" de la Commission bancaire "il y aura des sanctions", a affirmé Mme Lagarde sur la chaîne de télévision LCP-Assemblée nationale.

Des "sanctions administratives d'ordre pécuniaire (...) peuvent être décidées par la Commission bancaire", a rappelé la ministre, ajoutant qu'elle ne serait "franchement pas étonnée compte-tenu du rapport préliminaire" que de telles amendes soient décidées à l'encontre de l'établissement.

Mme Lagarde a indiqué que ce rapport préliminaire avait fait état de "lacunes sévères en matière de contrôle" à l'Ecureuil.

La Caisse d'Epargne a annoncé le 17 octobre avoir enregistré des pertes après des opérations boursières malencontreuses menées entre mi-septembre et début octobre, dont le montant avoisine les 700 millions d'euros.

Une enquête "de fond" et "contradictoire" est actuellement menée par la Commission bancaire, autorité de contrôle des banques, "dont les conclusions seront publiées", a indiqué la ministre.

Un rapport de l'Inspection générale de la Caisse d'Epargne, dont l'AFP a obtenu copie, fait également état d'une "dérive" dans la gestion des risques ainsi que "d'un nombre important de défaillances" au sein de la banque.

Posté par AISSA1 à 15:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]